Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, janvier 15, 2010

Objectif: Scénario !

Je me dis souvent qu'au lieu d'un BAC Electrotechnique, j'aurais dû faire un BAC L.

Cela ne veut pas dire que j'étais un crack en philosophie, bien au contraire. Je trouve que les méthodes employées dans les cours de philosophie ne sont pas appropriées. A mes yeux, on ne doit pas nous inculquer une réflexion ni un avis philosophique, mais nous permettre de se forger nous même notre approche philosophique des choses. C'est une méthode qu'il faudrait enseigner, et non un point de vue qui n'engage que le professeur...

 

Cependant, j'aimais, et j'aime toujours écrire. J'ai écrit plusieurs nouvelles, des brèves, poèmes. J'avoue que je n'aime pas vraiment ce terme d'ailleurs, on lui donne souvent un aspect puérile et ça en devient péjoratif. Pourtant, Baudelaire (pour ne citer qu'un exemple) écrivait des poèmes, dans lesquels on ne trouve rien de puérile, il n'y a qu'à lire les Fleur du Mal...

 

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

L'albatros, de Charles Baudelaire, extrait de Spleen et Ideal, Les Fleurs du Mal

Ce texte, qui semble à première lecture être un 'basique' poème, traite en fait d'un état d'esprit de l'Homme, du poète qui tente de s'envoler avec son art, et qui se retrouve cloué au sol, hué et salit par la société qui ne le comprend pas.
Il faut dire que Baudelaire avait besoin de ce sentiment de mal être, ce spleen pour être inspiré (lisez sa biographie, la fin de sa vie n'est franchement pas enviable...)
Mais ne nous lançons pas dans une étude de texte qui serait ennuyante au possible, alors que le meilleur moyen d'apprécier un texte reste encore de le lire, tout simplement.
A une époque, j'ai vécu cet état d'esprit, il me motivait à écrire, il me donnait de l'inspiration. Aujourd'hui, l'inspiration me vient de tout, quelque soit mon humeur, mon ressenti. On écrit souvent lorsqu'on souffre pour exorciser cette douleur, mais on peut également écrire sa joie, et la partager aux autres.
Je me suis lancé dans l'écriture d'un roman fantastique. Une histoire étroitement liée à mon implication dans une association médiévale (Les Tabards de Feu) puisque cette histoire est celle du personnage que j'y joue, Aikaran.
.
.
.
L'histoire
.
Aikaran était un grand Alchimiste, réputé dans le monde magique et mystérieux de Galadya.
Cet Elfe avait en effet découvert le philtre d'éternité, un elixir de Jouvence qui offrait à quiconque en buvait la vie éternelle.
Cependant, cette vertu avait un prix. En effet bien que la vie éternelle lui soit offerte, celui qui buvait le philtre oubliait absolument toute son histoire.
Vaincu par une déesse Maléfique du nom d'Aurozia, qui va réduire à Néant toute la vie de l'alchimiste en assassinant sa femme et en asservissant le peuple qu'il gouvernait, Aikaran va se retrouver contraint de boire le philtre, afin d'oublier la douleur qui déchire son âme.
Amnésique, n'ayant plus aucune notion du monde dans lequel il se retrouve ni même de son nom, ce nouvel Elfe, nommé Anatuile, va découvrir la communauté des Tabards de Feu, et se lier à elle, afin d'assouvir sa terrible vengeance.
Une aventure à suivre donc, dont je vous donnerais des nouvelles et vous posterais quelques extraits.

Publié dans Livre | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.