Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, septembre 22, 2010

Innovation et dépendances

Les innovations d'aujourd'hui peuvent avoir quelque chose de déroutant. Elles sont si nombreuses, si fréquentes, que l'on a parfois du mal à les suivre. A peine pense t-on maitriser un sujet que l'on apprend qu'il a été changé, modifié, mis à jour, remplacé, optimisé. Résultat, nous sommes tous dans un processus perpétuel d'apprentissage, d'évolution, d'upgrade, d'update de nos connaissances. 

 

On se croirait en plein 'Technologic' des Daft Punk, et on aurait raison...


 

Ce phénomène est relativement récent. Il y a à peine 15 ans, nous étions à l'aube de la révolution informatique (technologique pour parler plus largement), et l'on s'en souciait peu d'ailleurs. Les robots qu'on nous promettait pour l'an 2000 n'étaient encore qu'une idée très abstraite, il n'y a qu'à voir les films de science fiction de l'époque...

 

Un précurseur dans le domaine du cinéma fut James Cameron, et son célèbre Terminator. Ce n'était pas la première fois que l'on évoquait la notion de robot humanoïde, mais il y avait là un travail poussé niveau réalisme qui a très certainement largement participé au succès du film. 

 

Le futur a toujours attiré les gens, et dès lors, le futur technologique faisait son premier buzz...

Le futur, aujourd'hui, nous y sommes, et force est de constater qu'il n'apporte pas tout ce qu'on imaginait. Pas de voitures volantes, pas de robots qui nous secondes dans la vie quotidienne. Du moins, pas comme on l'imaginait...

 

Si vous prenez le métro à Paris, et plus particulièrement la ligne 14 à Paris, c'est bel et bien un ordinateur qui conduit ! Un système automatisé, autonome 'seulement' 48 heures certes, mais un ordinateur tout de même, donc un robot. Et celui là,  il ne risque pas de vous envoyer des rayons lasers pour vous découper en rondelles !

Tiens, parlons de laser, de machines... L'usinage de nombre d'appareils quotidiens, matériaux et la transformation de matières premières se fait aujourd'hui par des robots. Ils ont des bras, des capteurs, des caméras, et font les tâches répétitives, usantes et surtout dangereuses ! C'est moins cher, le travail est mieux fait, bref, nous allons finalement inverser les rôles: bientôt, les robots travailleront, et nous seront la pour les seconder, faire de la maintenance. Serait-ce l'ébauche de l'asservissement apocalyptique que redoutait Sarah Connor ?

 

Les scientifiques vous diront que non, que nous avons toujours, et que nous aurons toujours le contrôle sur les robots, et ce pour une raison simple: nous sommes libres de les débrancher, de les 'terminer'. 

Chimère ? Car si nous débranchions l'ordinateur qui fait avancer la ligne 14, comment pourrait-elle fonctionner ? il n'y a plus de cabine conducteur dans les rames, la ligne serait paralysée. De même, si l'on arrêtait les robots des usines, qui ferait leur travail avec la même précision, la même rapidité, sans rechigner, sans se blesser ? On se croirait dans Matrix...

 

Force est de constater qu'aujourd'hui, notre économie mondiale, notre espèce est dépendante des machines. Seriez vous partant pour retourner en arrière, après tout ce que l'on sait, tout le chemin qu'on a fait ? Vous qui criez à l'arnaque quand votre ordinateur plante, et que vous devez restorer une sauvegarde d'il y a 2 jours, pretextant que vous avez perdu plein de programmes, de documents, vous seriez réellement prêts à revenir 15 ans en arrière ??? 

 

Non évidemment. Peut être que mon exemple du métro, des usines automatisées reste assez abstrait pour vous, vous n'en voyez pas directement les bénéfices chaque jour. 

Soit, prenons la téléphonie dans ce cas. Je vous vois, tous les matins, le nez plongé dans vos smartphones, les écouteurs aux oreilles. 

Le monde n'existe plus, vous êtes tous dans votre bulle. Je vous rassure, je n'échappe pas à cela. 

 

Nous sommes tous suspendus à notre téléphone, et gare à ceux qui oublient le leur, ils se font presque insulter parce qu'ils ne sont pas joignables ! N'y a t-il pas une forme de dépendance dans tout cela ? 

Il y a 15 ans, on découvrait le tatoo, le tam tam. C'était déjà une révolution, et le téléphone portable était considéré comme un gadget sans avenir...  

 

Les gens qui partaient en vacance ne donnaient pas de nouvelles jusqu'à leur retour, et cela convenait à tout le monde. Aujourd'hui, ce serait impensable !

On échangeait par courrier postal, et la lettre arrivait quand elle arrivait. Aujourd'hui, on reçoit un e-mail environs 2 secondes après qu'il ait été envoyé, et même pour un délai aussi court, un clique frénétiquement sur 'recevoir'...

 

Tiens, et si je vous parlais d'internet ? Récemment, au bureau, nous avons eu une coupure. Plus d'internet. Bien que le plateau technique soit en mesure de travailler (car les serveur de pré-production sont locaux), nous étions isolé du reste du monde, sans mail, sans accès au serveurs de production, sans accès aux demandes des utilisateurs, clients, prestataires... 

Je vous accorde que l'activité de la société dans laquelle je travaille est essentiellement, sinon intégralement axée sur internet, ce qui en fait un outil, 

 

Sauriez vous vraiment vous passer de toutes ces innovations ? 

 

Commentaires

Super note. Reponse : non. Pire : Quelle aurait ete ma voie si je n'avais pas été attrape par ce virus et par Club Internet lorsque je cherchais mon premier emploi. Je n'ose y penser.

Écrit par : Pascal | mercredi, septembre 22, 2010

Répondre à ce commentaire

T'as tout à fait raison... je viens de me poser 5 minutes en y pensant, et je me dis que je n'arriverais peut être pas à me séparer d'autant d'innovations...

Regarde pour un simple micro onde !!!
un jour mon micro onde est tombé en panne...
et bien je te garantis que j'étais démunie !!!!
on s'est tous beaucoup trop habitué à ces innovations !!!

on ne réchauffe plus à la casserole c'est obsolète

on ne ferme plus nos volets, on ne change plus les chaines sur la télé, tout est télécommandé !!!

Le jour ou j'ai vu WALL-e (oui on peut se moquer je sais lol)
et bien j'ai compris qu'il n'avait pas vraiment grossis le trait...
on suit tous la même ligne, qui nous mène au même endroit,
plus ça va moins on bouge, on s'empate, on enrichi notre cerveau, en omettant d'enrichir notre norps...
on ne marche plus on roule,
on n'est plus isolé, même quand on le voudrais vraiment....
la robotique est partout !

bon là, je parle énormément, mais j'avoue que ton sujet m'a beaucoup intéressée...
faut qu'on en parle !!! lolll
gros bisous mon choupinou !

Écrit par : yvelise | jeudi, septembre 23, 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.