Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, janvier 31, 2011

L'ISS s'invite à l'éclipse !

Une éclipse lunaire pour le moins incroyable, pas en tant que tel, mais grâce à tout un tas de facteurs externes, et plus particulièrement de la station spatiale ISS.

Observez attentivement cette photo:

 

eclipse,solaire,iss,astronomie,telescope

 

Observez à présent plus particulièrement la partie supérieure du soleil

 

zoomiss.jpg

Savez vous de quoi il s'agit ? Il s'agit en réalité de la station spatiale Internationale (ISS), qui s'est trouvée devant le soleil au moment précis où la photo a été prise.

Comme vous, au départ, je me suis dis "et alors ?"

Et bien comme le précise l'article qui m'a servit de référence (et dont je vous fais la traduction, je suis super sympa quand même): 

Le soleil se trouve à 147 millions de kilometres de nous. La Lune, quand à elle, se trouve à 390 000 kilomètres.

Le Soleil étant 400 fois plus grand que la Lune, mais aussi 400 fois plus loin, la Lune et le Soleil (de notre point de vue) font la même taille.

Petit détail sympa: voyez vous le point noir sur le soleil, en bas, à droite ? Et bien ce petit point noir fait 2 fois la taille de la Terre. On est bien peu de chose non ?

Revenons à nos moutons. La Station Spatiale Internationale fait 100 de largeur et tourne en orbite autour de la Terre à une hauteur de 350km.

La Lune se trouve dont près de 1000 fois plus loin de nous, et le Soleil 400 000 fois plus loin.

A présent, imaginez la probabilité que la station spatiale se retrouve sur la photo, compte tenu de toutes ces distances, et ses ordres de grandeurs...

 

Si l'un d'entre vous souhaite s'amuser à faire ce calcul, je serais très heureux de le publier. Rien qu'à lire les chiffres ci dessus, j'en ai déjà mal au crâne, mais avouons que c'est tout de même fascinant !

Merci à Ulrike pour m'avoir transmis ce lien !

 

Article Référent:  INSANELY awesome solar eclipse picture

mardi, janvier 25, 2011

Fake ou pas ?

Cher internaute,

Aujourd'hui, point de longue discussion sur la technologie, je requiert ton point de vue.


Une collègue avec qui je discutait de cette vidéo m'assure que c'est un fake. Et en y regardant bien, voila que j'ai un doute.

Il se trouve que cette vidéo m'a choqué au premier abord !

 

Alors, selon toi, fake ou pas ?

Cela dit, on pourrait s'interroger sur le sort qui aurait été réservé au pauvre bougre qui aurait remplacé cette image tout droit issue de l'exorciste.

Imagine, si, au lieu de cette image, une personne bondissait de derrière l'écran...

lundi, janvier 24, 2011

Jeux en ligne: vers une sociabilisation des joueurs ?

Tout le monde à une image assez définie du gamer

 

gamer.jpg

 

AH NON, EXCUSEZ MOI...

 

gamer2.jpg

 

Voila qui est mieux :)

Le gamer, c'est un fan de jeux vidéos, fan à en être malade puisqu'il y passe une très grande partie de son temps. Et s'il y a bien un jeu qui correspond parfaitement à l'image que l'on se fait de ce gamer, c'est World of Warcraft.

 

LE CAS WOW

Pourtant, le joueur de World of Warcraft est rarement seul, et bien qu'il y ait en effet des cas similaires à celui que je vous présente ci dessus, certains autres, la majorité en fait, sont tout à fait 'normaux'.

Je vous disais qu'un joueur de World of Warcraft était rarement seul, et c'est vrai puisque dans ce jeu existent des Guildes.

Une guilde est un regroupement de joueurs,  c'est un groupe d'entraide. Généralement (idéalement en fait),  les joueurs les plus expérimentés (ceux qui ont un niveau bien plus élevé) aident les joueurs les plus jeunes (dont le niveau est plus bas).

Et lorsque tous les joueurs (du moins suffisament) ont atteint le niveau maximum (actuellement: 85), ils organisent entre eux des raids, des donjons, dans lesquels ils combattent contre des monstres, ou d'autres joueurs de la faction adverse.


Afin de coordonner leurs stratégies, les joueurs ont plusieurs outils. Dans le jeu, il peuvent chatter, discuter sur un canal réservé exclusivement aux membres du groupe, et visible que par eux. Généralement, ils échangent via TeamSpeak, un service de chat vocal externe, permettant aux membres de la Guilde de discuter, et de créer des salles permettant aux membres d'un même raid de se retrouver entre eux, sans être dérangés par les autres membres, qui vaquent à leurs occupations. 

Le fait de se regrouper en une Guilde, et d'échanger sur les stratégies, d'aider les niveaux plus bas à avancer, mais aussi de s'investir en allant ensemble dans les raids est une forme de sociabilisation. D'autant que la dernière grosse grosse mise à jour de World of Warcraft (Cataclysm) pousse les joueurs à entrer dans une Guilde, en proposant notamment des hauts faits de Guilde, des évènements propres à elles.

 

SOCIABILISATION ?

Est-ce une façon pour Blizzard de sociabiliser ses joueurs ? Je ne pense pas, du moins, ce n'est pas l'objectif final. L'objectif, c'est d'ajouter une nouvelle expérience de jeu, et puis surtout, empêcher les joueurs qui ont atteint le niveau maximum de s'ennuyer !

Mais indirectement, cela va dans le sens d'une sociabilisation des joueurs. Certaines guildes organisent également des évènements 'IRL' (In Real Life): des évènements où les membres se rencontrent et organisent tout type d'évènement. Généralement, il s'agit de se retrouver pour jouer ensemble, mais là encore, l'expérience est complètement différente lorsque les personnages qui sont à nos cotés dans le jeu sont contrôlés par des joueurs qui sont également vraiment à nos cotés !

 

LES RETROUVAILLES DE GUILDES

Je suis moi-même un joueur de World of Warcraft, et ai expérimenté ce qu'on appelle une LAN IRL ce week end. J'ai rencontré certains joueurs que je connais depuis bien longtemps dans le jeu. Nous venions de partout, Toulouse, Metz, Biarritz, Paris..

Et lors de ces LAN IRL, les conversations changent. On délaisse les longues conversation sur la stratégie de certains boss au profit de l'expérience utilisateur, de nos façons de jouer, on oublie un peu le jeu même, en profitant du temps qu'on passe ensemble, ça fait très bizarre de soudain poser un visage sur une voix que l'on entend sur Teamspeak depuis un an et demi ! L'occasion également de parler de la Guilde mais d'un point de vue humain, et non d'un point de vue joueur.

 

LA GUILDE DONT JE FAIT PARTIE: LES INSURGES

J'en profite pour leur faire un peu de publicité, parce que ce sont des gens que j'apprécie, plus encore depuis que je les ai rencontré: La Guilde des Insurgés.

Bref, bien sur qu'il y a, et qu'il y aura toujours des joueurs qui ne sont la que pour jouer dans leur coin, en s'isolant du reste du monde, mais il y a aussi des gens moins fermés, beaucoup plus sociables, et ce week end, j'en ai eu une nouvelle fois la preuve. C'est un peu comme dans la vie de tous les jours, vous trouverez des gens fermés, asociaux, et d'autres, plus ouverts.

 

DWEEB - GEEK - DORK OU NERD ?

Pour mettre un point final à cette parenthèse technologique (on ne peut pas vraiment dire qu'il s'agisse là d'actualité techno), je vous propose de vous situer dans le graph ci dessous. Alors, êtes vous un Geek, un Dweeb, , un Dork, ou un Nerd ???

 

Nerd_Dork_Geek.jpg

 

dimanche, janvier 23, 2011

Twitter, un outil éducatif !

Vous l'aurez certainement remarqué, je suis assez souvent planqué sur Twitter. Twitter, qui n'était auparavant qu'une simple messagerie limitée à 140 caractères revêt aujourd'hui de multiples casquettes. 

J'irais même jusqu'à dire que c'est une seconde toile dans la toile. On y trouve des contenus informatifs, divertissants, communautaires.

Y naît également aujourd'hui des contenus éducatifs. Et bien qu'il y ait encore beaucoup, beaucoup de chemin à faire avant que cela ne se généralise, on peut à présent y trouver les travaux faits par des étudiants, des élèves. Mieux, certains élèves échangent avec leur professeur par le biais de Twitter !

C'est un collègue, @pka13 (qui possède également un blog que je vous recommande) qui m'a fait découvrir cette nouvelle utilisation de Twitter. 

Ainsi, une classe de terminale située à La Rochelle utilise Twitter pour partager leurs travaux entre eux, ainsi qu'avec leur professeurs, et ce, pendant le cours, mais aussi en dehors, pour les devoirs. Par ce biais, le professeur (Laurence Juin, professeur de Lettres-Histoire-Géographie dans une classe de terminale Bac professionnel commerce/logistique) place l'élève non pas en tant que consommateur du cours, mais bel et bien en tant qu'acteur, en provoquant des interactions entre ce nouvel outil, et les élèves.

 

 

De même, lors de cas de force majeure, les cours ne sont pas totalement interrompus, et le lien est maintenu avec le professeur. Dans cette seconde vidéo, on voit très clairement que les élèves sont impliqués et motivés grâce à ce nouvel outil, alors que les intempéries bloquaient tout accès au lycée

 

Cela fait de Twitter un outil collaboratif formidable et résolument tourné vers l'exterieur. On pourrait imaginer une interaction possible entre une classe, et des intervenants extérieurs. 

C'est précisément ce qu'il se passe d'ailleurs avec cette autre classe celle de @jyaire , composée d'élèves en bas âges, et située à Dunkerque

 

Lorsque les cours sont terminés, un élève peut twitter une question relative à un devoir, et recevoir une réponse de la part d'un autre élève, de son professeur, ou mieux encore, de la part d'un intervenant exterieur, comme un passionné, ou encore un spécialiste et ce, partout dans le monde.

 

Qui aurait imaginé que Twitter pourrait revêtir cet aspect éducatif, tout en tissant des liens sociaux entre les élèves, mais aussi entre eux et le monde extérieur ? 

A cela s'ajoute la manipulation encadrée et responsabilisée d'un média social et de l'informatique que les élèves utiliseront forcément dans le futur, la question demeure "pourquoi n'y a t-on pas pensé plus tôt ?!"

Je me suis rapproché de ce professeur, et espère bientôt pouvoir vous transmettre une interview. Affaire à suivre donc !

vendredi, janvier 21, 2011

Volvo empiète sur la Google Car, la voiture sans conducteur !

GOOGLE CAR

Nous avons récemment entendu parler de la Google Car, la première voiture sans conducteur. Inventée par Google,  elle se base sur des marqueurs placés sur la route pour suivre sa trajectoire, tout en respectant la limitation de vitesse bien sûr, mais aussi en se tenant à bonne distance du véhicule situé devant elle. 

 

google-la-google-car.jpg

 

On le voit tout de suite, cette voiture ne ressemble pas exactement à ce que nous imaginions dans les années 90. Tout d'abord, elle possède une batterie de caméras embarquées pour analyser la route et les dangers potentiels, dont notamment un espèce de système de caméras placé sur le toit, gyroscopique, qui prend un nombre incalculable de photos à 360 degrés pour établir à tout moment un environnement en 3 dimensions de l'environnement dans lequel le véhicule évolue. 

Avouons que c'est déjà franchement incroyable. On commençait à se dire que les voiture volantes, initialement promises pour l'an 2 000 (du moins dans la tête des gens) n'était qu'un concept, et Google nous sort cette voiture, tout droit sortie de nulle part !

A y réfléchir, je me demande s'ils n'ont pas eu l'idée lorsqu'ils ont crée les Google car pour Street view, avouez que la ressemblance est flagrante: 

56304-google-europe-italie-street-view-voiture-maps-earth-.jpg

 

La surprise venait également du fait qu'aucun fabriquant de voiture au monde n'avait encore annoncé une telle technologie, et que le seul qui le fait est... votre moteur de recherche Google !

Je vous l'accorde, Google n'est aujourd'hui plus qu'un simple moteur de recherche... En voici une nouvelle fois la preuve. 

 

AVANCEE TECHNOLOGIQUE LIMITEE ?

Des la présentation de la Google Car, l'entreprise mettait directement un coup de frein: le véhicule est la pour assister le conducteur, pas le remplacer. Il n'est donc pas question (du moins pour le moment) de faire un véhicule entièrement automatique, mais un véhicule capable, si besoin, de remplacer temporairement le conducteur, et ce dans des conditions spécifiques: 

  • Accepter d'avoir un giroscope hi tech sur son toit
  • Etre sur une route équipée de capteurs nécessaire à la voiture pour se repérer
  • Céder son autoradio et la place du passager pour tout le système embarqué...

 

Et c'est surtout la seconde condition qui pose problème. Google annonce la disponibilité de cette technologie dans les 10 années à venir. Restera encore à équiper toutes les routes du monde pour pouvoir l'exploiter. Pour info, en France, il y a déjà 894 000 kilomètres de routes ... JE PLAIND LA DDE !

(déjà qu'ils ne sont pas très doué quand il neige à Paris...)

 

VOLVO ET LA SARTRE VEHICLE PLATOONING

Et soudain, sortant de nulle part, Volvo prend la relève, et mouche Google avec une annonce aussi simple que percutante: "Nous avons développé un système permettant aux véhicules de rouler sans conducteurs, et ce, sans nécessiter d'aménagement particulier des routes".

Boum ! Et comme si cela ne suffisait pas, Volvo se paie l'insolence d'ajouter "ce qui sera le plus long à mettre en place, ce sera la legislation à adapter pour chaque pays". 

Ca doit grincer des dents chez Google... 

 

Volvo a donc récemment présenté son prototype de véhicule sans conducteur. là encore, on reste très prudent sur l'usage de cette technologie.

Mais Volvo insiste, et présente son modèle en expliquant qu'il peut déjà se déplacer à 90km/h de façon autonome... Comment fait-il ? Là ou la Google Car scrute la route et tout son environnement pour se déplacer, la Sartre Vehicle suit un camion et communique avec lui pour réguler sa vitesse et son orientation. 

Pas besoin donc d'une batterie de caméras, dans l'absolue, ce modèle pourrait même ne pas en avoir une seule. On comprend mieux pourquoi adapter les routes n'est plus nécessaire...

Cela enlève tout de même une certaine autonomie à la voiture, qui, finalement, a bel et bien un conducteur, sauf qu'il se trouve dans le camion situé devant. J'espère pour vous qu'il connaitra la route pour vous ramener à domicile !!

 

VOLVO VS. GOOGLE CAR ?

Alors l'annonce de Volvo est-elle vraiment une gifle donnée au grand Google ? 

En commençant à rédiger cet article, j'en était presque persuadé, mais à y réfléchir, et si l'on tient compte des travaux de Google, je vous dirais à présent que non. 

Premièrement parce que les deux véhicules ne sont pas prévus avant 10 ans, et que 10 ans, c'est infiniment long aux yeux des avancées technologiques. Et puis observons un peu les problématiques rencontrées par les deux modèles: 

- La Sartre Vehicle ne peut "que" suivre un autre véhicule, en l'occurence, un camion. 

- La google Car peut déjà se déplacer seule, sans être dépendante d'un autre véhicule, elle nécessite une adaptation des routes, mais en 10 ans, une solution (ou bien l'adaptation en elle-meme) est tout à fait réalisable, pour peu qu'elle ne nécessite que de légères modifications

 

LES SOLUTIONS GOOGLE

Dans les modifications que pourrait nécessiter la Google Car, on peut penser à la mise en place de puces RFID sur les bords de routes. Ces puces sont activées au passage d'un champs magnétique, que pourrait émettre la google car. Résultat, pas besoin d'alimenter en énergie ces puces. Il suffirait de les implanter dans le sol, sur le bord des routes, et le tour est joué. 

On peut également penser, grâce aux caméras embarquées, que la Google Car serait en mesure de lire les lignes blanches au sol sur toute la largeur de la route, et en déduire sa position (file de gauche, centre, file de droite) mais aussi si elle peut doubler, ou se déporter sur une autre voie. 

Pourquoi pas également utiliser les caméras pour identifier la limitation de vitesse indiquée sur les panneaux ? On fait aujourd'hui de la reconnaissance faciale, ce ne serait pas un obstacle. 

 

La Volvo, quand à elle, devra assurément s'affranchir de ce véhicule qu'elle suit, premièremement parce que si l'optique est de permettre à tout le monde de rouler sans conduire, alors il n'y aura plus de conducteur placé à l'avant du cortège. De plus, cette notion seule de 'cortège' doit disparaître ! 

 

UN SIMPLE BUZZ FINALEMENT ?

La Sartre Vehicle est elle pour autant un coup d'épée dans l'eau ? Non ! Volvo est à ce jour le seul à avoir tenu tête à Google, et donc le seul fabriquant crédible à se retrouver au devant de la scène. Je vous prédis donc d'ici peu de nouvelles annonces, par d'autres constructeurs, ce qui fera l'affaire de Google ! Car en plaçant la barre aussi haute, ils vont imposer à la concurrence (qui n'en n'était pas une jusque la) un travail poussé sur cette technologie, et une entreprise qui doit faire face à la concurrence est une entreprise qui va aller encore plus loin dans l'innovation. Gardons donc un oeil sur la voiture sans conducteur, les prochains mois risquent d'être passionnants dans le domaine !