Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, février 03, 2011

L'implication des réseaux sociaux dans les grands évènements mondiaux

Ce midi, j'ai eu une conversation passionante sur les réseaux sociaux, ainsi que l'actualité récente, à savoir la chute du pouvoir en Tunisie, attribuée à Facebook, et la révolte actuelle en Egypte.

Je ne tiens pas à prendre partie pour qui que ce soit sur le plan politique, ce n'est pas mon propos et cela ne s'inscrit pas dans les lignes directrices de ce blog (qui a pour objectif de vous parler de nouvelles technologies, et de vous apporter une réflexion sur celles ci).

Cependant, force est de constater que des réseaux sociaux comme Facebook sont impliqués dans la chute du Gouvernement de Ben Ali.

 

Tunisie, tout est né d'un groupe sur Facebook ?

tunisie.jpgJe vous dirais que oui et non, car pour que le groupe en question soit né, il y a certainement et depuis longtemps des revendications qui sont restées tues, ou vaines, mais qui se sont retrouvées dans ce groupe. Mon collègue était par ailleurs amusé de voir que notre vision de la démocratie qui a été appliquée sur Facebook en permettant à tous de s'exprimer et de se retrouver en groupes pour échanger des idées, a eu une influence sur un pays qui ne permettait pas cela.

Et c'est totalement vrai, comme pour toute révolution, celle ci s'est vu crée illégalement aux yeux du pouvoir qu'elle visait (mais cela est normal me direz vous, puisqu'une dictature ne peut concevoir une révolte du peuple).

En 23 ans, personne n'a déchu le Gouvernement Tunisien, et soudain, un réseau social le fait tomber ? Etonnant, qu'en pensez vous ? Un autre collègue précisait qu'Internet accélérait les échanges ainsi que les modes de pensées. En effet, en 1 seconde, une information peut faire jusqu'à 7 fois le tour de la planète (fibre optique) ! Elle a donc largement le temps d'être vue, relayée, amplifiée, et parfois déformée.

Pourquoi selon vous, la Chine bride Internet comme elle le fait ? Parce que chacun peut voir ce qu'il se passe 'chez le voisin', et réclamer les mêmes droits, les mêmes chances, bref, aspirer à une égalité, et cela est légitime.

Pour infos, la Chine bloque actuellement toute recherche concernant l'Egypte, et on le "comprend bien". Imaginez que les Chinois se révoltent à leur tour...

 

Le cas de l'Egypte.

egypte.jpgEn Egypte, fort de l'expérience récemment suivie en Tunisie, le Président à coupé internet. Radical ! 

Pourtant, là encore, Internet n'était pas complètement mort, et les informations ont continué d'affluer, par le biais de modems 56k (oui oui, ceux que vous utilisiez il y a encore 10 ans de cela), mais aussi par le téléphone: Google et Twitter se sont associés pour permettre aux Egyptiens de twitter par téléphone (cette alliance vous serait-elle venue à l'esprit avant ces évènements ?)...

Résultat, le débat nait et grandit en dehors de l'Egypte, et a des conséquences directes sur ce qu'il s'y passe.

Et soudain, Twitter à revêtu l'habit de la résistance, en twittant, et retwittant les adresse IP de Google pour permettre aux Egyptiens de s'y connecter, et de rejoindre le monde, qui alors ne parlait plus que d'eux.

Twitter a déjà porté plusieurs casquette, on se souviens du phénomène humanitaire qu'il avait pris lors des terribles catastrophes en Haïti... Hier sauveur, aujourd'hui résistant, quel sera le Twitter de demain ?

 

Facebook et Twitter: nos sauveurs ?

facebook-twitter.jpg

En conclusion, je vous invite à prendre les informations avec une certaine retenue. On est tenté de suivre les grands mouvements, surtout lorsque l'on est convaincu qu'ils sont justes. Et je pense que pour le cas de la Tunisie, et de l'Egypte, ils le sont. Cependant, il n'y a pas si longtemps (et c'est encore un autre collègue qui me l'a fait remarquer), Facebook était décrié pour ses méthodes peu orthodoxe de gestion de vos données personnelles. Aujourd'hui, c'est le symbole de la liberté.

Il faut trouver un juste milieu. On ne parle certes pas des mêmes choses, mais Facebook est certainement bien heureux que ses scandales soient oubliés au profil de cette cause qui a été défendues, et dans laquelle ils ne sont pas indifférents. Ne dites pas que Facebook à sauvé la liberté de la Tunisie. Les vrais sauveurs sont ceux qui se sont battus, ceux qui sont parfois tombés, ceux qui ont ouvert les yeux au monde, Facebook n'a été "qu'un" outil.

Concernant Twitter, il n'y a aucune censure qui y opère. Alors faites attentions à ce que vous y lisez. Aveuglés par vos idéaux, vous pourriez tomber dans des influences extrêmes, et l'on sait tous (par notre passé) ce que l'extrêmisme peut amener.

Les commentaires sont fermés.