Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, février 02, 2011

Leche vitrine electronique ?

Nos amis Parisiens auront certainement remarqué l'arrivée de nouveaux panneaux publicitaires dans le métro. Les plus nostagiques d'entre eux regretteront l'afficheur, qui venait retirer les anciennes publicités, et en coller de nouvelles, en tartinant généreusement le papier et en l'étalant avec une technique et une dextérité qui me laissait, je l'avoue, à chaque fois perplexe.

Fini !

Aujourd'hui, place à la technologie ! Notre afficheur s'en est allé, et son panneau a été remplacé par ces dalles super hi tech, sortes d'écran géants qui vous envoie de la pub plein les yeux et vous éblouis même au passage:

panneau,publicitaire,métro

Il ressemble à un Iphone géant, vous ne trouvez pas ? Les fans d'Ipad (comme moi) jalouseront le format démesuré de 70 pouces en HD...

Bref, je vous parlais d'un truc super Hi Tech, et à première vue, ce n'est qu'un simple écran LCD...

Pas vraiment, et c'est la que cela devient problématique...

 

Souriez, vous êtes analysé !

Parce que ces petites machines ne font pas que vous présenter des publicités, ce serait trop simple !

Elles sont équipées de petites caméras qui analysent les personnes qui regardent la publicité, définit si elles sont jeunes, moins jeunes, et s'il s'agit d'un homme ou d'une femme et enfin l'orientation du regard.

 

Bien plus qu'un simple panneau de pub...

Jusque là, on être gêné, mais pas franchement inquiété pour son anonymat et le respect de sa vie privée. Sauf que ces appareils peuvent également envoyer des publicités sur votre portable via bluetooth...

La RATP précise que pour cela, il vous faut activer le bluetooth, et coller le téléphone au panneau publicitaire. Je pense personnellement qu'il nous prennent pour des cons en annonçant cela, puisque personne ne va aller s'amuser à coller son téléphone à l'appareil pour y recevoir la publicité, ce n'est pas comme si les pubs nous fascinaient. Par ailleurs, le bluetooth permet une liaison entre appareils séparés de plusieurs mètres, pourquoi donc coller le téléphone au panneau ? Enfin, quel serait, si cette restriction existait vraiment, l'intéret d'équiper les appareils en bluetooth...

Et puis, il y a le problème du pass navigo... Imaginez que ces petites machines soient capable de lire vos pass lorsque vous vous approchez un peu trop. Et hop, soudain, à l'écran, apparait le texte:


BONJOUR MONSIEUR MARTIN !

Problème... Ou pire, que la machine n'affiche rien, mais qu'elle vous enregistre, et qu'elle calcule les publicités qui vous interessent le plus, afin de vous les afficher lorsque vous vous approchez ? Ou bien encore, que l'ensemble de ces petites machines précisent à tout moment où vous vous situez dans le métro, à quelle heure, quand, avec qui ... et qu'elle puisse communiquer tout cela... à n'importe qui ?

 

Les usagers réagissent !

Ah oui, problème... Ainsi, certaines associations ont été crées, et d'autres ont rejoint le mouvement, comme par exemple Résistance à l'agression publicitaire, Souriez vous êtes filmés, Big brother awards, Robin des toits ou Le Publiphobe qui militent contre ces panneaux, en annonçant des théories plus ou moins avérées, serieuses, et parfois tout de même inquiétantes sur ce que ces écrans pourraient extraire de vous et plus généralement, les technologies récentes / émergentes et technologies mobiles.

 

En dehors du métro...

Ne pensez pas vous en sortir en venant au travail à pied !

Car depuis peu, de nouvelles vitrines font surface. Elles sont équipées d'écran tactile, et vous permettent de vous promener dans le catalogue virtuel de l'enseigne, tout en analysant vos choix, et, peut être (qui sait ?) votre visage, et quelques informations faciles à glaner comme des données de votre téléphone mobile, ou tout élément pouvant communiquer à distance...

panneau,tactile,vitrine,publicité

Sommes-nous vraiment épiés à ce point ?
Personnellement, je pense que non, mais ce n'est pas une limite technologique. Je veux dire par là que c'est techniquement possible, il est bon de garder cela en mémoire tout de même...

 

Et vous ?

A vous de voir si vous souhaitez vous promener voilé dans le métro, et achetez à chaque fois vos tickets à l'unité. Si l'on garde en tête les explications un peu fumeuses de la RATP concernant le bluetooth, on peut s'inquiéter quand aux autres fonctionnalités...

 

Source: Le Monde

dimanche, janvier 17, 2010

Commer-Sale

Bien dure est la vie d'un grand magasin !

 

Aujourd'hui, me voici rendu aux célèbres Galeries.

Noires de monde en pleine journée, c'est au calme du début de soirée que j'ai visité ses rayons. Le spectacle est digne des pires scènes de désastres. Un séisme semble avoir eu lieu dans le rayon lingerie féminine, un séisme qui a commencé à 8 heures ce matin, et dont je vois à peine la fin.

Alors qu'ils étaient parfaitement alignés, les voici à l'envers, renversés, déplacés, testés, salis et passés entre toutes les mains. Ces mêmes sous vêtements, ces derniers modèles que deux femmes s'arrachaient violemment avec hargne gisent là, dans l'indifférence la plus totale.

Ce champs de guerre livre sa dernière bataille, les soldats ont quitté la zone de combat. Les chars quittent le parking, retour à la caserne, l'appartement de grand standing.

Dimanche ne sera pas de trop pour tout ranger, tout remettre en place, nettoyer sols et glaces.

 

Voici que je déambule au milieu de ce no man's land, entre les hauts et les pantalons à 40 %.

"Lundi, me dit la vendeuse, nous ajoutons 20 % de réduction !" Cela ne fait que confirmer mes convictions. Lundi, de nouveaux soldats habillés de manteaux longs et grimés de mascara se jetteront sur ces pauvres vêtements, ces bijoux, ces collants, ces cailloux qu'ils s'empresseront de porter au doigt, de payer en 10 fois et repartiront vainqueur d'une guerre dont les armes sont les coups de coeur. Un regard agressif pour un achat compulsif.

Et le soir même, alors que les galeries ferment, de nouveaux soldats entre en action, et déambulent dans les rayons. Mais gardez vous de croire qu'ils souhaitent continuer cette guerre de porte monnaies ! Dans un silence religieux, les soldats rangent les lieux, et préparent les allées pour la prochaine percée, celle qui aura lieu demain, au petit matin.

Vite pour moi il est temps de fuir, de rentrer, de partir. Loin des combats qui durent chaque jour, je termine mon tour, et m'en retourne chez moi.